CONAKRY – La Guinée a connu son premier cas importé de COVID-19 le 12 mars 2020 et le nombre total de cas était de 4 372 au moment de la rédaction du présent rapport. Le premier cas de la Guinée a été déclaré en pleine agitation politique en raison d’une élection législative et d’un scrutin référendaire pour l’adoption d’une nouvelle Constitution. L’élection elle-même et les résultats sont contestés par le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) qui rassemble l’opposition et un large segment de la société civile. Malgré l’opposition, le double tour de scrutin a eu lieu le 22 mars 2020. La nouvelle Constitution a été promulguée par le Président de la République le 7 avril 2020 tandis que la nouvelle Assemblée nationale a tenu sa première session inaugurale le 21 avril 2020.

C’est dans ce contexte politique que COVID-19 continue de se propager en Guinée, dont l’épicentre est Conakry. Face à l’augmentation des cas de contamination par COVID-19, le 26 mars 2020, le Président de la République a déclaré l’état d’urgence avec un couvre-feu de 21 heures à 5 heures du matin. Dans la même veine, le 10 avril 2020, le Président de la République a annoncé la création du Conseil de Réponse Scientifique contre le COVID-19 en Guinée. Le gouvernement a également rendu obligatoire le port de masques et a créé un plan de réponse économique comprenant trois volets, notamment le soutien sanitaire, social et privé.

 

Malgré l’agitation politique et l’incertitude, il était essentiel que Tostan Guinée agisse rapidement et rédige un plan riposte COVID 19 qui complète le plan d’urgence de Tostan International, qui fixe les objectifs suivants:

– Réduire le risque de contagion du personnel, des partenaires et des bénéficiaires ;

– Assurer la continuité des activités organisationnelles essentielles ;

– Assurer le bien-être du personnel et de leurs familles ;

– Réduire la propagation de la maladie en sensibilisant les populations locales aux pratiques hygiéniques et sanitaires utiles contre les risques de contagion.

 

Pour la période d’avril à juin 2020, notre plan suspend les activités programmatiques et institue le télétravail lorsque cela est possible pour tout le personnel. Tostan Guinée fournira également aux communautés partenaires des fournitures là où elles sont disponibles, ayant déjà distribué 40 kits de lavage des mains. Nous avons également fourni à une plateforme de la société civile de la région de Faranah des kits d’hygiène. De plus, nous avons commencé à modérer des émissions de radio pour sensibiliser les communautés sur COVID-19. Nous diffusons sur quatre radio rurales dans sept langues nationales avec une géographie couvrant environ 1 926 357 auditeurs. Les programmes radiophoniques sont complétés par des brochures en français et en langues nationales qui présentent des informations sur COVID-19, sa transmission et sa prévention, ainsi que des considérations sur la manière de prévenir la propagation du virus dans une perspective religieuse. Ces documents imprimés doivent être utilisés par les facilitateurs, les superviseurs, les membres du comité de gestion communautaire et leurs communautés, les autorités locales et nationales et les professionnels de la santé au sein de leurs réseaux pour permettre aux communautés de mettre en œuvre leurs propres mesures de prévention. Nous avons également opérationnalisé les plateformes de médias sociaux pour partager des informations et garder le contact avec les communautés partenaires, en utilisant WhatsApp et Facebook Messenger en particulier.

Pour la photo, notre superviseur Alhassane Diakite (chemise blanche) est en émission avec Monsieur Mamady Balla Conde (chemise bleue), Médecin chargé des maladies à la Direction Préfectorale de la Santé (DPS). Le thème de l’émission porte sur les mesures barrières pour éviter la propagation du COVID 19.

Ces efforts sont essentiels, car ils comblent les lacunes dans les mesures et les services fournis par l’État, ainsi que la création d’une agence communautaire. Et ils ont déjà réussi – les communautés de la région de Faranah ont pris des mesures pour protéger leur propre santé et bien-être physique ainsi que ceux de leurs voisins. Travailler directement avec les autorités locales pendant cette crise renforcera les liens qui ont déjà été établis au niveau communautaire et jettera les bases essentielles d’un changement de système dans lequel les communautés s’approprieront les structures de pouvoir locales. Les retombées de cette collaboration et du leadership manifesté dans les communautés auront un impact positif sur les formations “Engagement Citoyen pour le Renforcement de la Démocratie” (ECRD) qui créeront un environnement propice au dialogue et à la participation des citoyens à la prise de décision, à la planification, à la transparence et à la responsabilisation lorsque la programmation régulière reprendra.

Aly Kallo, membre du CMC de Kouroufimba, Guinée, utilisant les informations des modules Kobi du PRCC sur la santé et l’hygiène tout en partageant des informations avec les participants sur COVID-19 et sa propagation. “Nous sommes mieux préparés pour prévenir le coronavirus à cause de cette fondation” dit-il.

 

Auteur : Mouctar Oulare, Coordonateur national de Tostan en Guinée