Programme de renforcement des capacités communautaires

La structure du programme

Au début du programme

Lorsque Tostan est invité dans un village afin de lancer le Programme de Renforcement des Capacités Communautaires (PRCC), un facilitateur formé est assigné au village. Celui-ci appartient au même groupe ethnique que les membres de la communauté et maîtrise la langue parlée localement. Les facilitateurs demeurent dans le village pendant les trois années du programme, apprenant à connaître les membres de la communauté à l’intérieur et à l’extérieur des classes. Tostan prend en charge les frais du facilitateur et ceux reliés au programme d’études. La communauté offre en retour un logement au facilitateur et la mise à disposition de la salle de classe. Ces engagements mutuels incitent l’ensemble des habitants à s’impliquer dans le programme, y compris ceux qui ne peuvent assister aux classes.

Notre programme consiste en deux parties principales : des enseignements basés sur les droits humains et l’aide à la création d’un Comité de Gestion Communautaire (CGC).

Les classes

Chaque village offre deux classes composées d’environ 25 à 30 participants – une pour adultes et une pour adolescents – qui se rencontrent trois fois par semaine tout au long du programme. En ayant des classes séparées pour les deux groupes, nous nous assurons que tous les membres de la communauté soient en mesure de participer et de collaborer confortablement en classe tout en acquérant les outils et l’assurance nécessaires pour appliquer activement ce qu’ils ont appris au sein de leurs communautés. La plupart des participants n’ont jamais été scolarisés, ou ont abandonné précocement l’école.

Nous nous appuyons sur des techniques d’éducation non formelle modernes ainsi que les traditions orales africaines traditionnelles comme le théâtre, les contes, la danse, les arts, les chants, et les débats. En présentant l’information de manière pertinente et intéressante, nous nous assurons de favoriser une assimilation et une réappropriation rapide des informations.

Le programme d’enseignement se divise en deux phases : le Kobi et l’Aawde.

La phase Kobi

Le Kobi, qui est la première phase du PRCC, est structuré de manière à favoriser la discussion et à établir une dynamique de classe ouverte, accueillante et confortable. Cela aide les participants à se sentir plus à l’aise avec le facilitateur et leurs compagnons de classe pendant les modules d’alphabétisation difficiles. Les facilitateurs s’appuient sur les traditions orales locales telles que le chant, la poésie et le théâtre afin de susciter des débats et des dialogues sur des questions qui affectent le bien-être de la communauté. L’objectif du Kobi est de promouvoir les traditions positives tout en encourageant la discussion au sujet de la manière dont les nouvelles idées et pratiques peuvent aider à construire une communauté plus saine. Dès le début de cette phase, les membres de la communauté établissent une vision collective de leur propre développement.

La phase Aawde

Dans l’Aawde, les participants apprennent à lire et à écrire, dans leur propre langue, des notions de base en mathématiques et acquièrent des compétences en gestion. Ils apprennent aussi à sélectionner, gérer et mettre en œuvre des petits projets. Cette phase s’appuie sur les compétences et les connaissances acquises par les participants durant le Kobi et aide à développer de nouvelles compétences pratiques qui peuvent contribuer directement à l’amélioration des conditions de vie.

Les Comités de Gestion Communautaire (CGC)

En plus des classes du PRCC, les communautés établissent un CGC qui est responsable de la mise en œuvre des projets de développement conçus par la communauté. Ces comités sont constitués de 17 membres, formés par Tostan et démocratiquement choisis, dont neuf sont des femmes.